Mouches à saumon.

Non je ne pêche pas (encore) le saumon !
D’ailleurs ces derniers temps je ne pêche pas grand chose ou du moins je ne sors pas grand chose. Il faut dire que j’ai changé de terrain de jeu et me retrouve à passer les quelques heures que j’ai à disposition sur les bords du fleuve St Laurent.

Parlons quelques instants de mouches à saumon. Pas celles qu’on attache au bout d’un fil, encore que cela ne soit pas interdit, mais plutôt celles qu’on encadre précieusement, celles qui sont faites des plus nobles matériaux, celles dont chaque barbule est soigneusement placée, chaque partie est montée en répondant à des règles très précises. En gros, le truc complètement inutile qui finit par ramasser de la poussière et qu’on se tanne de voir accroché au mur qu’on remplacera avantageusement par un beau poster d’April Vockey !
Ne riez pas ! Ce genre de truc impalpable, complètement inutile (donc rigoureusement indispensable!), ça touche la métaphysique ou l’orgueil, c’est selon. L’orgueil car recommencer vingt cinq fois l’enroulement d’un maudit morceau de plume d’autruche autour d’un hameçon, c’est dur pour la virilité ! Non seulement madame rigole car on joue avec des plumes d’autruche (ne me demandez pas pourquoi l’autruche déclenche l’hilarité) et des bobines identiques à celles qu’elle place dans sa boite à couture mais surtout, l’orgueil du chasseur de mammouth primal qui dort en chacun de nous n’accepte pas qu’un si petit morceau de plume puisse résister à nos gros doigts avec un don certain pour nous tourner en ridicule !
La métaphysique parce qu’il n’y a aucune bonne raison d’aimer cela mais bon Dieu! que j’aime ça !

Le B-A ba du montage de mouches à saumon consiste tout d’abord à avoir les bons matériaux et les bons hameçons. Les plus puristes prendront même des hameçons sans oeillet (comme « à l’époque ») qu’ils complèteront eux-mêmes par un montage très précis d’une petite boucle en fil tressé. Non je n’ai pas franchi cette ligne là, pas encore du moins.
Les matériaux sont souvent relativement simples : soie véritable, tinsels, plumes d’oiseaux plus ou moins rares… En fait, plus l’oiseau est rare, plus ça en jette ! 🙂
Un petit aparté à ce sujet, mais j’y reviendrai surement un jour, n’encouragez pas le commerce illicite de plumes d’oiseaux protégés. Voilà c’est dit !

Avant de mettre l’hameçon à l’étau, je me suis procuré l’excellent livre de Mike Radencich « Classic Salmon Fly Materials« . De magnifiques illustrations et les techniques de base pour bien débuter dans le montage de mouche à saumon.
J’ai improvisé deux montages de mouches :

J’ai voulu essayer différentes techniques aussi bien pour le corps que pour les plumes. Je ne donnerai pas de leçon de montage, ces mouches sont plus des oeuvres d’amour qu’autre chose. Elles sont pleines de défauts et ne correspondent pas aux canons de montage, tant pis.
Je vous ai dit que j’avais des croûtes à manger ! 😉

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s