Comment photographier ses mouches. Partie I : Le matériel.

Je ne prétends pas avoir la recette miracle pour photographier les mouches. D’ailleurs il y a des photos bien plus belles et surtout bien plus originales que les miennes.Voilà la clef du succès : l’originalité.
Certes, on se retrouve très limité par la mouche elle même. Difficile de faire original sans être répétitif quand il s’agit de trouver un support qui permette d’enfoncer facilement un hameçon. Le bouchon de liège ou la souche ont vite fait d’être redondants quand il s’agit de photographier 50 voire 100 modèles différents.
Pour l’instant, j’ai pris le parti de photographier les mouches sur l’étau, telles qu’on les voit lors du montage. Ce choix a l’avantage de montrer la mouche sous le meilleur angle qui soit car rien n’oblige à garder un cadrage statique et de ne pas tourner autour de l’étau. En outre, l’étau rotatif permet de disposer la mouche très précisément afin de lui donner l’angle voulu.
Je vais donc décrire quelle méthode employer pour photographier au mieux ces petites mouche qui ne font parfois pas plus que quelques millimètres de long.

  • Le matériel

Bien sur, il faut un appareil photo. Peu importe lequel, pourvu qu’il soit capable de faire des photos Macro afin de cadrer au plus près un si petit sujet. N’oubliez pas de mettre la position de mise au point en position « Macro » si vous possédez un compact ou un bridge.
L’idéal est d’utiliser un appareil photo reflex avec un objectif Macro qui puisse descendre au rapport 1:1. Les photos de ce blog ont été réalisées avec un objectif 100mm f/2.8 Macro Canon qui permet de photographier au rapport 1:1. Pour ceux qui se demandent ce qu’est ce satané rapport 1:1 dont je parle, cela veut simplement dire que l’objectif est capable de donner une image sur le capteur (ou le film à l’époque…) de taille identique au sujet.
L’appareil photo devra être tenu par un trépied. Là encore, pas de règle précise si ce n’est qu’il est important d’adapter la taille du pied à l’appareil photo afin d’avoir une bonne stabilité. Par exemple, on évitera les mini pieds de table pour tenir un gros reflex avec un objectif de 800 gr… Il existe des centaines de pieds photo, je vous laisse aller voir chez votre revendeur préféré afin de trouver le votre.
Il est intéressant de disposer d’un deuxième pied photo, plus léger, de style « gorillapod » pour y disposer le flash et pouvoir l’orienter à sa guise.

Le fond blanc peut être fait d’une feuille de papier blanc comme l’on trouve dans tous les magasins d’art plastique (Omer de Serres au Québec, Rougier Plé en France…). On peut aussi utiliser des rouleaux de nappes en papier ou simplement des feuilles de format suffisant pour couvrir le champ. N’oubliez pas qu’une mouche ce n’est pas très gros, la plupart du temps une feuille blanche A4 (ou lettre au Canada) suffira. On peut aussi acheter de très dispendieux fonds photographiques spécialement conçus pour qui ont l’avantage d’avoir une surface matte et sont lavables. C’est cette solution que j’utilise car j’ai des fonds de ce type, héritage de mon ancienne activité professionnelle… 😉

Enfin, le flash, outil très utile voire indispensable dans notre cas… Si vous n’avez pas de flash externe (flash de type cobra que l’on visse sur l’appareil photo), vous pouvez utiliser le petit flash intégré de l’appareil mais la lumière n’est pas très belle et ce genre de flash produit des ombres pas toujours très esthétique. Si vous ne possédez pas de flash indépendant de votre appareil photo, je vous suggère plutôt d’utiliser une lampe de bureau que vous pourrez orienter à volonté et surtout qui va engendrer une lumière plus douce de par sa plus grande surface d’éclairage. N’oubliez pas d’ajuster la balance de couleur sur votre appareil photo en fonction de la source (Tungstène symbolisé par une petite ampoule pour des lampes de bureau, Flash pour le flash ou manuel si vous maitrisez les différentes sources de lumière)
Dans le cas d’un flash ou d’une lampe, il convient de diffuser la lumière par l’intermédiaire d’un papier calque ou d’une petite boite à lumière pour flash comme les excellents produits Lumiquest que j’utilise sur mon flash 430EX Canon. Ces accessoires ne sont pas très chers et font vraiment un très bon boulot.

Voilà, le décor est planté, reste maintenant à voir comment procéder… À suivre…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s