Du foutage de gueule…

Vous le savez, les matériaux destinés au montage de mouches sont souvent très chers.
La mode des implants capilaires à base de hackles de coq ne fait rien pour arranger l’affaire et l’on trouve désormais des cous de qualité tout juste moyenne à des prix exorbitants. Ne cherchez pas un cou grizzly Metz ou Whiting Farms de bonne qualité en dessous de 70-80$ CAN… Ça commence à faire cher la plume…
La solution de repli, quand on ne veut pas investir toutes ses économies dans une peau complète ou un cou de bonne qualité, consiste à acheter des petits paquets de plumes sélectionnées qui suffiront pour la majorité des monteurs. Cependant, là encore, le prix à la plume peut être quelque peu prohibitif.
Récemment, sur le forum gobages, un « gobnaute » a poussé un coup de gueule concernant des plumes de perdrix achetées en sachet. Il n’a pu exploiter que très peu de ces plumes alors que le dit paquet se vend tout de même à un prix assez élevé. Il n’en fallait pas moins pour que ma curiosité soit piquée et que j’achète à mon tour un de ces petits paquets, estampillé d’une marque très connue dans le monde du montage de mouche. J’ai voulu trier le bon grain de l’ivraie et là, comme mon « gobnaute » le disait très justement, on frise le foutage de gueule.

À droite, les "plumes" presque exploitables, à gauche les déchets...

À gauche, les « plumes » presque exploitables, à droite les déchets… Et j’ai été très « généreux » dans le tri, bon nombre de plumes sont inexploitables.

Je me suis contenté de trier les plumes qui sont entières et qui correspondent à peu près à ce que la description nous laisse présager. Inutile de dire que même dans ce petit tas de plumes triées, bon nombre sont cassées, partiellement ébarbées et quasi inexploitables.

En conclusion : même si cela est plus cher, n’hésitez pas à acheter un cou ou une peau complète, vous en aurez bien plus pour votre argent ! Si toutefois vous penchez encore pour les petits paquets comme celui-ci, n’hésitez pas à l’ouvrir avant de l’acheter et à vérifier si la qualité et la quantité valent le prix annoncé ! En l’occurrence ça ne le valait pas.
Quant à moi, je m’empresse de communiquer avec Super Fly pour leur demander une explication…

To be continued… 😉

Edit : voir la fin de l’histoire dans l’article « Superfly, la (dernière) fin de l’histoire »,

Publicités

2 réflexions sur “Du foutage de gueule…

  1. Pingback: Plumes de perdrix, suite et fin. | salmotruttafario

  2. Pingback: Super Fly, (la dernière) fin de l’histoire. | salmotruttafario

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s