Une journée avec Trout Unlimited, chapitre Chateauguay.

Samedi matin avait lieu une rencontre organisée par Trout Unlimited Canada, Chapitre Chateauguay, sur la rivière du même nom.
Trout Unlimited est un organisme qui a pour mission de protéger, aménager, promouvoir les rivières à truite du pays. L’association est composée de bénévoles qui se battent pour améliorer les conditions de pêche, préserver le milieu et la population halieutique des cours d’eau qu’ils prennent sous leur protection.
Bien que cet organisme fut originellement crée à Montréal dans les années 70 avant de migrer dans l’ouest canadien, il ne demeurait plus aucune section au Québec. L’erreur est réparée désormais avec la section Chateauguay récemment créée.

5h du matin, le réveil sonne. Ça change des cris de bébé, d’autant qu’il recommence à faire ses nuits… Café, sandwichs prêts pour midi, dernier check-up du matériel… 1h30 de route plus tard, je suis au rendez-vous au bord d’une petite rivière qui me rappelle de manière frappante celle où j’ai pêché mes premières truites.

troutunlimited6
Les odeurs de l’automne me remplissent les narines, la fraîcheur du matin me rappelle qu’on est tout de même au mois d’octobre.
Le point de rendez-vous est tout près d’un joli petit pont couvert. Il paraît que c’est le dernier dans ce style-là; inutile de m’en demander plus, je ne connais rien aux ponts couverts.

troutunlimited3

Le pont de Powerscourt, proche de la frontière américaine.

troutunlimited4

Entendez-vous le son du vieux camion Ford de Clint Eastwood ? 🙂

troutunlimited5

La rivière aux eaux cristallines coule sous le pont.

Les couleurs de l’automne rajoutent un côté magique à la journée. Voilà Clint Eastwood et Meryl Streep qui débarquent du vieux camion Ford pour nous jouer une scène du film « sur la route de Maddison ». En guise de Clint et de Meryl, je n’aurai que quelques chasseurs en véhicules tout-terrains et un vieux monsieur, sûrement aussi vieux que le tracteur sur lequel il est assis et qui traîne une remorque rouillée remplie de bois de chauffage.

La rivière a attiré du monde et du beau monde même. Beaucoup de membres des MMM sont présents, la conférence donnée la semaine dernière par Trout Unlimited a certainement convaincu l’assistance.

troutunlimited1

Une trentaine de participants pour une journée réussie.

Côté pêche, je ne mettrai les pieds dans l’eau seulement vers 9h15. je regrette un peu de ne pas avoir pu y aller avant mais on n’échappe pas au traditionnel discours de bienvenue et aux consignes des organisateurs. De petits groupes se forment, entourés de mentors qui connaissent la rivière et donneront quelques trucs pour aider à faire de belles prises.

troutunlimited10

La rivière Chateauguay avec sa parure d’automne.

troutunlimited7

Tous les secteurs de la rivière abritent des postes potentiels à de belles prises.

J’avais un petit peu préparé ma sortie. En fait, pour être franc, j’avais pris pour livre de chevet depuis plusieurs jours l’excellent livre « Dynamic Nymphing » de George Daniel.
J’avais anticipé aussi quelques montages de nymphes vu que je ne pêche pas vraiment avec celles-ci et que ma boîte ne ressemblait pas vraiment à une vraie boîte à succès…

troutunlimited9

Une nymphe suggérée pour la rivière.

troutunlimited11

La fameuse « cuivre » française.

Je me suis risqué à monter quelques « cuivres », mouche que beaucoup de nympheurs français louent pour son efficacité. J’ai connu cette mouche par le site de Nicolas Germain qui ne tarit pas d’éloges à son égard et qui la monte avec une dextérité certaine vu les succès que ses clients obtiennent.
J’attache donc une cuivre sur mon bas de ligne, je pêche avec ma canne #5 de 8.6′, pas vraiment adaptée au nymphing mais peu importe c’est moi qui m’adapterai.
J’ai pu vérifier le bien fondé de la réputation de cette mouche puisque après quelques minutes de pêche, une belle fario d’environ 25-26cm se retrouve dans mon épuisette. Une seconde se laissera tenter peu après, dans le même secteur mais celle-ci profitera d’un moment d’inattention de ma part pour se décrocher. Pas grave, ma journée est faite, mon objectif était de sortir au moins une truite vu que je ne connaissais pas la rivière et que je ne pêche habituellement pas à la nymphe.
À ce propos, je n’avais malheureusement pas sur moi mon appareil photo quand je l’ai prise (mais rassurez-vous j’ai des témoins 🙂 ).
Sa robe brune tachée de points rouges bien marqués était à mes yeux aussi étincelante qu’un collier de rubis montés sur un écrin de vieil or vermeil.

J’ai aimé pêcher cette rivière. J’ai fait un voyage dans le temps et dans l’espace, je me revoyais tendre les mains pour attraper au bout de la ligne, la truite que mon père venait de sortir. Quand je l’accompagnais, il fallait que je reste derrière lui, surtout ne jamais passer devant : les truites voient tout quand l’eau est claire. Trente ans plus tard, j’appliquais encore son conseil, avançant à pas de velours, accroupis au plus près de la surface de l’eau pour éviter le regard furtif d’une truite qui s’enfuit. Ce fut payant.

Après une belle journée passée les pieds dans l’eau, je jette un dernier regard vers ces pierres qui cachent tous ces poissons qu’un jour peut-être je viendrai prendre.
De retour à la maison, mon bébé m’accueille avec des « papapapapa ». Il a un an aujourd’hui ! Bon anniversaire mon poussin. 🙂

troutunlimited2

Le temps d’un « au-revoir ». Je reviendrai.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s