Boites à mouches sèches.

Je cherche des boîtes à mouches. J’en ai bien quelques-unes, à la mode actuelle avec la petite mousse grise fendue de dizaines d’entailles pour y insérer les mouches, mais je ne les aime pas. En fait, ce n’est pas tant la boîte en pastique que je n’aime pas que le système de maintien de la mouche.
Je ne pêche quasiment qu’en sèche. Non pas par snobisme mais plus par ignorance. Je n’ai jamais vraiment appris à pêcher à la nymphe même si ça me rappelle quelque peu la pêche au toc. Si vous pêchez en sèche, vous avez sûrement un jour ou l’autre pesté contre la boîte qui a lamentablement déformé votre collerette montée avec tant d’amour. Les fibres pliées, les poils écrasés, les cerques tordus, la mouche ne ressemble plus vraiment à celle que vous avez sortie de l’étau. Las ! Exit donc les boîtes avec la mousse, je me lançais donc à la recherche du Graal : des boîtes à compartiments individuellement fermés, permettant Lire la suite

Une soie naturelle, de l’eau fraîche et des plumes.

Je l’avais dit lors d’un précédent article : un jour je me laisserai tenter par une vraie soie naturelle. Quand je dis « vraie soie naturelle », j’entends par là une soie constituée d’une âme (la tresse au coeur de la soie) faite de vraie soie naturelle, vous savez le petit fil des cocons du bombyx du mûrier.
Vous avez suivi mes essais, plutôt fructueux à mon sens, d’imprégnation d’un fil en nylon tressé pour fabriquer une ligne « semi-artificielle », à base d’huile de lin et de vernis d’époque. Vous me connaissez, la curiosité étant un vilain défaut et étant moi-même affublé de celui-ci, j’ai voulu voir ce qui se faisait du côté des vraies soies, afin de vérifier si tout ce qui se dit à leur propos était vrai.

Je veux mettre les choses au point tout de suite : récemment sur divers forums auxquels je participe, j’ai pu lire bien des choses et surtout des polémiques concernant un fabricant en particulier. Ce fabricant, nommé « Soies Antonio Perez » a essuyé moultes critiques voire insultes et a été purement et simplement exclu de quelques discussions. Je ne jugerai pas ce qui s’est passé, je ne connais pas les tenants et les aboutissants et chacun a ses raisons propres pour agir de la sorte.
Certes, on peut blâmer la communication parfois « agressive » voire déplacée aux yeux de certains sur les réseaux sociaux, de la part de cette société mais je pense qu’il s’agit plus d’un choc des générations entre une jeune personne d’une vingtaine d’années qui est à la tête de cette entreprise et un « establishment » plutôt vieillissant qui ne se gêne pas pour critiquer et remettre en cause le travail voire l’honnêteté d’un nouvel arrivant dans le paysage PALMiste.
Certes, un jeune qui arrive « avec ses gros sabots » et bouscule l’ordre établi dans un monde ou les acteurs n’aiment pas changer leurs habitudes, ça dérange.
Certes, il y a eu quelques maladresses dans la communication et surtout des grincements de dents quant aux tarifs proposés, souvent deux fois moins chers que la concurrence établie… On comprend alors mieux la levée de bouclier même s’il est difficile de comprendre la violence de certains propos qui sont allés jusqu’à remettre en cause l’origine et l’authenticité même des produits proposés.
La question à savoir s’il s’agissait de vraie soie naturelle a longtemps été mise de l’avant, vous imaginez bien, « il est impossible de sortir une vraie naturelle à si bon prix » !!! Les détracteurs en ont eu pour leur argent lorsque un forumeur a fait analyser un morceau de sa soie en laboratoire et a prouvé qu’il s’agissait bien de soie naturelle. Je ne remets pas sa parole en doute, le côtoyant sur des forums privés. De mon côté, je peux confirmer qu’après avoir fait brûler un petit morceaux de ma soie, ça sentait le cochon et non le plastique et ça brûlait lentement (le synthétique a tendance à brûler rapidement et à faire des petites boules en dégageant une odeur très caractéristique), indices généralement révélateurs de la présence de soie naturelle.

Bref, assez pour moi, je n’aborderai plus ce sujet et ne rentrerai pas plus longuement dans ces polémiques ! Je n’ai aucun intérêt dans cette société et les seules relations, désormais cordiales que j’ai avec, se limitent à celles d’un client envers son vendeur.

Le fait est que cette petite entreprise propose des tarifs et un service intéressants à mes yeux. Après plusieurs échanges, au début un peu spéciaux je l’avoue, ( je sentais bien que la réaction de Jeremy pouvait se résumer à « chat échaudé craint l’eau froide », la frontière que crée l’écran d’un ordinateur appelle à la prudence), une discussion cordiale et passionnée s’est installée et j’ai pu commander la soie qui correspondait à mes attentes.

soie3perez

Ma soie de 3, couleur « camo » avec boucle finale.

camonew

Nouvelle couleur camo proposée en 2015. Superbe !

J’ai choisi une soie numéro 3 « SPORT *** » de 20m en couleur « camo ». La couleur est du plus bel effet et casse avec la monotonie des soies conventionnelles. Aussi, je ne sais pas si l’argument tient mais cela peut présenter quelque chose d’un peu plus naturel pour le poisson, bien que celui-ci ne voie de la soie qu’une longue ombre chinoise…

J’ai eu l’occasion de l’essayer au cours de plusieurs sorties de pêche. Les promesses du fabricant quant à l’entretien minimal et le graissage sont tenues. En effet je n’ai jamais regraissé ma soie qui a pourtant assuré un flottaison parfaite pendant plus de 5h de pêche. Aussi, je ne l’ai pas sortie du moulinet pour la faire sécher à la fin de la journée, je n’ai rien fait de plus que je ne fais avec mes soies synthétiques : simplement la nettoyer sommairement et la graisser le lendemain. Le rodage s’est fait principalement selon la méthode donnée par le fabricant, graisse, « tripotage » et graisse durant de longues minutes… Je sentais la soie s’assouplir un peu plus au fil des longues heures de pêche.

soieperez

Première sortie et première prise en sèche pour ma nouvelle soie, en ce milieu d’automne.

J’aime beaucoup le feeling qu’elle procure avec ma petite canne en fibre de verre #3 (blank Lamiglas). La soie glisse parfaitement dans les anneaux sans aucune résistance et en laissant entendre un doux son de frottement. La puissance de lancer est excellente pour une parallèle (d’après ma petite expérience de lanceur) et les posers sont beaucoup plus délicats que ceux que je faisais avec mes synthétiques. Son diamètre étant inférieur aux soies en plastique, elle travaille mieux lorsqu’il y a du vent. En somme, je suis conquis par cette soie naturelle !

Jeremy et son père proposent aussi d’autres produits (je vous laisse visiter son site www.antonioperez.fr)  : des cannes en bambou refendu, des moulinets, boîtes à mouches, etc. et surtout, ce qui a attiré mon attention, quelques belles plumes pour le montage. Il propose par exemple des superbes pelles de pardo de León d’origine contrôlée. Je lui ai demandé de me vendre une sélection de plumes et je ne fus pas déçu en ouvrant mon colis.

EscobaDelPozoCopy

Hommage à Rafaél Del Pozo et son livre « Mouches pour la pêche ».

pellescoba

De magnifique pelles de pardo « flor de Escoba »

dindecoloree

Plumes de dinde teintées.

biots

Une beau choix pour les corps des petites mouches. Plume de dinde « olive ».

tetedinde

Plumes de dinde aux mille reflets.

La société Antonio Perez propose des plumes de dinde provenant de son élevage personnel. Ces plumes sont utilisées entre autres pour le montage d’ailes de mouches, les biots et les fibres des rémiges qui peuvent être considérées comme des substituts de condor servent par exemple au montage des corps. Toutes les plumes reçues sont de très belle qualité. Ne me reste plus qu’à les utiliser pour monter quelques mouches que je pendrai sans scrupule au bout de ma soie naturelle à l’ouverture de la saison prochaine…

PS : Cet article n’est pas un « publi-reportage » et si je n’avais pas été (ou dans l’avenir ne serai pas) satisfait des produits et du service, je l’aurais dit (et le dirai)  sans ambages. Je l’ai déjà fait dans le passé pour d’autres produits… C’est quand même fou qu’il faille se justifier quand on écrit quelque chose de bien concernant un produit décrié…
Sinon, ceux qui veulent voir l’ensemble des produits Antonio Perez, c’est par là : www.antonioperez.fr

Fabriquez vous-même une ligne semi-artificielle ou semi-naturelle.

Ça bataille dur sur les forums ! Chacun y va de son analyse, de son ressenti, de son expérience. En toile de fond, il y a des gens,  j’imagine tous honnêtes et passionnés, qui ont pensé un jour gagner un peu d’argent en commercialisant l’objet de leurs désirs. On assiste désormais à une guerre de tranchées ou plutôt devrions-nous dire une guerre de clochers. Mon épicier est meilleur que le tien ! Mon boulanger fait du vrai pain bio, le tien tourne à l’industriel ! Mon poissonnier vend du poisson frais…  Quoi ? Il n’est pas frais mon poisson ???
C’est à peine si j’exagère quand je vois mes compatriotes français (l’avantage d’avoir la double nationalité, na !) se mettre sur la gueule, façon « Ordralfabetix et Cétautomatix » quand il s’agit de parler des soies naturelles. Ooops, désolé il ne fallait pas prononcer ce mot… Tant pis, le mot est lâché !
Dans l’histoire, il y a à la base des produits intéressants, occultés par les diatribes des uns et des autres, les publicités racoleuses, les pratiques pas toujours très saines d’artisans qui n’arrivent pas à joindre les deux bouts. On en vient même à ne plus vouloir prononcer les noms des uns et des autres (je me plais à renommer certains par le sobriquet de « Voldemor » tellement la simple citation du nom provoque une levée de boucliers gaulois sur certains forums). Vous le comprenez, on a affaire à un joyeux bordel dans les réseaux sociaux !

Mais qu’est-ce que c’est qu’une soie naturelle ? Qu’on soit clair ! Il n’existe AUCUNE appellation contrôlée pour qualifier telle ou telle production, il y a certaines bases historiques (pas toujours très claires) et certaines pratiques ancrées dans le milieu que certains prennent pour parole d’évangile sans vraiment avoir fouillé bien loin et remonté aux origines de la fabrication des lignes pour la pêche à la mouche. Vous remarquerez que j’utilise le terme ligne et non pas « soie », trop souvent employé à tort et trop fortement connoté pour être mis à toutes les sauces.
Il y a ensuite le bon sens : si on parle de soie naturelle, on peut espérer qu’au moins la base de la ligne soit faite de ce matériau.

Petit cours d’anatomie d’une ligne en soie naturelle : la base de la ligne est constituée d’une corde en soie tressée avec plus ou moins de brins de soie naturelle, qu’on appelle l’âme. Cette corde, ayant été profilée ou pas lors du tressage afin d’obtenir une ligne particulière (DT, WF, TT, etc.), donnera, après trempage et séchage dans un médium qu’on appelle l’apprêt, la ligne qu’on mettra dans nos moulinets pour pêcher à la mouche.
50% des « connaisseurs » donnent un rôle primordial à l’apprêt au détriment de l’âme pour qualifier la soie. Les 50 autres pourcents feront strictement le contraire et enfin les 50% restants resteront intransigeants sur l’origine de l’âme et de l’apprêt pour définir ce qu’est une soie naturelle. Je sais, ça fait 150%… Et alors ?

La soie naturelle (celle du bombyx du mûrier, spécialité ardéchoise à l’époque…), on sait tous ce que c’est. La reconnaître est une autre histoire mais il y a tout de même quelques trucs : faire brûler un bout et voir si ça consume rapidement ou pas et sentir l’odeur de cochon grillé que ça génère… Ou pas si c’est du synthétique.
L’apprêt, quant à lui est beaucoup plus difficile à définir. Originellement (lire cet article ) étaient utilisés de l’huile siccative et du vernis. Par la suite, chacun y alla de sa recette secrète afin d’améliorer (ou pas) celle du voisin. La base commune fut l’huile de lin qui a quelques propriétés siccative et hydrophobe.

Aujourd’hui, deux écoles s’affrontent : celle qui dit utiliser les recettes originelles éprouvées (et rachetées par leur exploitant actuel) et celle qui profite des progrès dans les divers matériaux pour améliorer la recette originelle quitte à s’éloigner de l’esprit d’origine. Bien sûr, les uns et les autres se conspuent et se traitent de tous les noms d’oiseaux. La seule question que je me pose est la suivante : quels eurent été les matériaux utilisés par Mr Malloch il y a de cela plus de cent ans, s’il avait eu accès à tous les produits disponibles aujourd’hui ?

Vous voyez ce n’est pas simple… Et bien assis dans mon fauteuil, la bière et les chips à la main, je comptais les points de chacune des parties tout en ayant une petite idée qui me trottait dans la tête… Et si j’essayais ça ?

Les soies naturelles ne sont pas très populaires au Québec, voire introuvables. J’avais alors deux solutions : soi(e)t (jeu de mots) en fabriquer une, soit en acheter une en France et fatalement prendre part au joyeux bordel quand j’allais poser la question sur les forums, à savoir quelle épicerie choisir.
J’ai finalement opté pour la première solution (et plus tard pour la deuxième aussi, j’en reparlerai dans le futur ici même…).

Je vous livre le log de mon expérience qui a duré environ un mois et demi. Ce log est « brut de décoffrage » et reprend chacun des moments clés de la production de la soie :


 Recette pour fabriquer une ligne « semi-naturelle ».

 Après bien des lectures sur internet et m’inspirant de l’expérience de plusieurs apprentis sorciers, je me suis lancé dans la production d’une « soie (ou ligne) semi-naturelle ». Pourquoi semi-naturelle ? Simplement parce qu’une vraie soie naturelle se fait à partir d’une corde de soie naturelle. Je n’en ai pas trouvé pour l’instant et nombre des fabricants la produisent eux-mêmes.

J’ai donc opté pour un fil synthétique tressé (8 brins) avec âme centrale d’environ 0.80mm. Son poids est d’environ 0.37gr au mètre, ce qui fait 7.4gr pour une soie de 20m.

Pour ce qui est de la recette : 300ml d’huile de lin cuite, 5% (15ml) de siccatif au cobalt et zirconium, 10% (30ml) de Vernis Copal Lefranc Bourgeois.

J’ai disposé le tout dans un bocal à confiture avec les 20m de tresse enroulés au préalable comme un écheveau de laine. Attention, quand on déroule la bonne quantité de fil, il vaut mieux avoir quelques outils pour faire des bobines sinon c’est sac de noeuds assuré !!! J’ai mis 5-6 attaches avec du fil de la même bobine pour tenir l’écheveau et éviter qu’il n’y ait un sac de noeuds dans le bocal au moment de la sortir.
J’ai la chance d’avoir une machine à faire le vide alimentaire, j’ai donc disposé le bocal contenant l’apprêt et le fil sans fermer hermétiquement le couvercle, dans un sac et j’ai fait le vide.

Le 2 septembre, après 4 jours de trempage  j’ai sorti le fil du bocal. Les problèmes de vrillage sont apparus et il a fallu me battre un petit moment avec pour l’enrouler en spires d’environ 50cm sur un cintre en métal.
Je sais que ce n’est pas la posture idéale puisque le bas des boucles fait des ventres qui vont récolter l’huile qui va couler par gravité et sûrement faire des épaisseurs. Avec l’aide d’une règle en plastique, je vais essayer de déplacer les ventre en faisant pivoter les boucles durant le séchage. En fait les 24 premières heures sont primordiales, c’est là que le séchage se fait en partie, du moins pour l’extérieur de la fibre. J’ai pensé mettre le fil sur un tourniquet que je ferais tourner sur un moteur au moins les 24 premières heures. Je n’ai pas eu le temps de réaliser ceci, je verrai une prochaine fois.

Je vais voir combien de temps je vais laisser sécher. Il fait chaud (25°C) et il y a une bonne aération. Je surveillerai et déciderai sur pièce.

Voilà 6 jours qu’elle sèche, au début dans un lieu « calme » (placard ouvert) et depuis plusieurs jours directement sous un ventilateur de plafond. Je vais tremper à nouveau celle-ci, elle a l’air bien sèche. Trempage sous vide le 8 septembre.

Soie24hsechage1

Le fil après un premier trempage et un premier séchage.

Le 10 septembre, après deux jours de (re)trampage, je sors la soie et la laisse à plat sur une feuille d’aluminium pour qu’elle s’égoutte naturellement. Quand l’apprêt sera un peu moins liquide, je la pendrai à nouveau au cintre pour la faire sécher.

Le 17 septembre je mets la soie à tremper à nouveau, sous vide comme les précédentes fois.

Le 18 Septembre je la mets à sécher après l’avoir laissée s’égoutter sur un papier journal.

Le 23 septembre j’ai mis la soie à tremper de nouveau. Je n’ai pas mis sous vide car désormais les aspérités de la tresse sont bien comblées.

Le 26 septembre  je la sors du mélange, la laisse égoutter sur un papier d’aluminium et la mets à sécher sur le cintre. La température est bonne 23°C, fenêtres ouvertes, bonne aération.

29sept2

La ligne avant le premier ponçage. Notez la multitude de poussières qui disparaitront au lavage et ponçage.

Le 8 octobre, soit 40 jours depuis le début de l’aventure,  j’ai passé la soie dans une laine de fer 0000 imbibée d’huile de lin. J’ai essayé de gommer les aspérités dues au séchage et aux irrégularités de la soie. Le résultat est plutôt bon, la soie glisse bien dans les doigts sans sensation d’accrochage. Je vais laisser sécher encore, l’aspect est beau mais le toucher est encore un peu collant, sûrement dû aussi à la présence du vernis copal.

Le 13 octobre j’ai lavé la soie dans de l’eau tiède avec du liquide vaisselle. S’en est suivi un second ponçage avec de la laine de fer 0000 afin de compléter le lissage. Je l’ai ensuite graissée et ai fait un noeud en bout pour attacher le bas de ligne. Elle a été montée dans un moulinet afin de faire des essais dès que possible.

La soie a une belle apparence, elle est souple mais vrille à la moindre occasion. Sûrement à cause du fil choisi. Le fort pouvoir d’extension du fil (environ 10%) est gênant mais ne se fait pas ressentir en action de pêche.

J’ai pesé ma soie (20m) et réduis au 10 premières verges (9.15m) pour calculer la correspondance AFTMA. Il s’agit d’une soie #3 comme je le voulais.

boucle

La boucle finale. J’aime que mes lignes soient terminées par une boucle, pratique pour y fixer le leader en liaison « boucle à boucle ».

vosseler2

Les 20m de ligne parallèle #3 dans son moulinet.

microscope1

Vue au microscope à 30x environ.

vosseler1

Détail dans le moulinet.

J’ai pu essayer rapidement cette ligne. L’essai est plutôt concluant d’autant que la journée de l’essai, le vent gênait les lancers. La finesse de la ligne permettait de s’affranchir de ce problème et de lancer normalement même par vent modéré.
J’aime beaucoup le feeling qu’elle procure, la souplesse, la sensation de glisse et la précision très intéressantes. Les posers sont plus doux et les arrachés plus discrets. Une fois correctement graissée, la flottaison est impeccable.
Il faudra l’utiliser plus souvent afin d’avoir une idée plus juste mais les premières impressions sont positives. J’ai vraiment la sensation de lancer plus facilement qu’avec ma DT3 synthétique.
Quid d’une « vraie » soie naturelle en comparaison à celle-ci ? Ça vous le saurez dans un prochain épisode… 🙂