Boites à mouches sèches.

Je cherche des boîtes à mouches. J’en ai bien quelques-unes, à la mode actuelle avec la petite mousse grise fendue de dizaines d’entailles pour y insérer les mouches, mais je ne les aime pas. En fait, ce n’est pas tant la boîte en pastique que je n’aime pas que le système de maintien de la mouche.
Je ne pêche quasiment qu’en sèche. Non pas par snobisme mais plus par ignorance. Je n’ai jamais vraiment appris à pêcher à la nymphe même si ça me rappelle quelque peu la pêche au toc. Si vous pêchez en sèche, vous avez sûrement un jour ou l’autre pesté contre la boîte qui a lamentablement déformé votre collerette montée avec tant d’amour. Les fibres pliées, les poils écrasés, les cerques tordus, la mouche ne ressemble plus vraiment à celle que vous avez sortie de l’étau. Las ! Exit donc les boîtes avec la mousse, je me lançais donc à la recherche du Graal : des boîtes à compartiments individuellement fermés, permettant Lire la suite

C’est la fête de la pêche ! Rencontre Truite illimitée Canada (TUC) et Moucheurs de Montréal Métropolitain.

Soleil, 22°C prévus dans l’après-midi, léger vend d’ouest. La veille, il a plu, fort parfois. Certainement, le niveau de la rivière aura monté en conséquence.
8h du matin : déjà le parking du pont Percy est plein. Des cannes s’agitent et à leurs bouts des membres des MMM guillerets, prêts à en découdre avec les truites de la Châteauguay.

groupeTUCMMMblog
Comme chaque année désormais, le chapitre Châteauguay de Truite Illimitée Canada invite les MMM à découvrir la rivière.
Des petits groupes se forment et se partagent le parcours de quelques Kilomètres où se cachent truites brunes et mouchetées, parfois arcs-en-ciel aussi, tout dépend des ensemencements qui sont fait en amont, dans l’état de New York. Les américains ne sont pas avares, pas moins de 5870 truites mouchetées, 1680 truites brunes (farios) et 2200 arcs-en-ciel ont déjà été lâchées en 2015 sur un parcours de quelques kilomètres tout juste en amont de la frontière voisine ( http://www.dec.ny.gov/outdoor/23323.html ). Cela fait un contraste coupable avec le côté Québécois qui n’a plus été ensemencé depuis des années.
Peu importe, paraît-il au Québec, ce sont principalement des truites sauvages qui peuplent la Châteauguay.

pontpercybl

Le pont Percy, lieu de rendez-vous pour les pêcheurs.

Le débit de la rivière a bel et bien augmenté avec les pluies de la veille, l’eau est froide. Les truites seront difficiles ce matin.

riviereLPbl

La rivière Châteauguay

D’ailleurs, à quelques exceptions près, ce sont des bredouilles qui se retrouveront à midi pour le lunch. Il me semble qu’un seul pêcheur a piqué une petite Lire la suite

Le forum de Granby, c’est fini.

C’était un des plus vieux évènements spécialement dédiés à la pêche à la mouche pour les francophones d’Amérique, le salon de Granby aura vécu sa dernière édition en 2015. En perte de vitesse et soumis désormais à la concurrence du salon de Trois-Rivières, l’équipe jette l’éponge, faute de relève et faute de moyens.
Le salon était l’occasion de nombreuses conférences, d’enrichissants échanges et de belles rencontres. J’y avais fait la connaissance de monsieur Villeneuve, qui faisait partie du comité d’organisation et à qui j’avais acheté cet étau qui porte son nom et que je ne vendrais pour rien au monde.
Voir l’article de ma visite en 2013

P1000997

Il est vrai que ma visite cet hiver fut un peu tristounette, on sentait l’ambiance un peu morose, contexte économique oblige. Mais surtout, on avait l’impression de « déjà-vu » parmi les monteurs et les kiosques commerciaux présents en nombre restreint. Les grandes marques brillaient par leur absence. Dommage.

Merci à toute l’équipe d’organisation qui a tenu la barque seize ans durant. Merci de nous avoir réunis, rassemblés, d’avoir partagé cette passion qu’est la pêche à la mouche. Souhaitons-leur « bon vent » en espérant toutefois que la petite flamme ne soit pas complètement éteinte.

Il pleut, c’est malheureux il pleut… Mais c’est mieux que les moustiques.

Il pleut mais ça ne m’a pas empêché de faire « mon ouverture ». Une journée de libre ! Il fallait pas la louper alors ce ne sont pas quelques gouttes… J’avais toutefois omis un paramètre et je l’ai appris à mes dépends : les moustiques, mosquitos en english. Sales bêtes !
Je ne sais pas si vous avez déjà vécu la détresse d’éléphantman. Je la vis depuis deux jours. J’ai les tempes déformées par d’horrible piqûres, que dis-je, des cratères au centre desquels manque un petit morceau de chair honteusement arraché par des petits insectes qu’on appelle communément ici au Québec les mouches noires. Ces mouches ont la sordide habitude d’attaquer autour et à l’arrière des oreilles qui sont désormais chez moi, comme vous pouvez l’imaginer, rouges, enflées et douloureuses. Même le buff n’y a rien fait… Et pourtant on était « padés » comme des épouvantails !

Philbuff

un « Sel-Phil » de mon ami Phil, avec tout l’attirail sur le dos… Sans effet sur les moustiques.

JiCibuff

La classe au milieu de la rivière non ? 🙂

Heureusement il n’y avait pas que des moustiques et des mouches noires sur la rivière. Lire la suite

IF4, Hookés et (bonne) compagnie.

L’hiver… L’hiver… Encore -12°C ce matin.
Mon chat ne sort plus. Il faut dire que les gouttières sont encore sous la glace. Pauvre matou, il n’a pas vu l’extérieur depuis… au moins 5 mois ! L’hiver a cela de déplaisant que la litière du chat pue tout le temps.
À vrai dire, je n’ai pas de chat, je suis un cas d’école pour l’étude de l’anthropomorphisme. Ne me faites pas écrire ce que je n’ai pas écrit, je n’ai pas de litière non plus !
J’aimerais tant que cet hiver interminable soit enfin fini. Mais il s’accroche aux dernières branches du calendrier le salaud ! Il va nous suivre jusqu’à Pâques, vous allez voir !
Ce soir, la deuxième édition d’IF4 prenait place au cinéma Beaubien à Montréal. Organisée cette fois-ci par la FQSA qui en a profité pour nous imposer le tarif d’entrée le plus élevé du Canada, la salle n’en était pas moins comble. La sélection était alléchante : Cutthroats, Ungava, Tarpons… Et Hank Patterson ! Rien que ça !

IF42015
Je l’avoue sans détour, le film proposé par les Hookés était de loin, selon moi, la meilleure présentation de la soirée. Fred, le célèbre chevelu de la bande gaspésienne était présent sur place pour présenter cette bande de joyeux lurons, à ceux (qui vivent sur une autre planète) qui ne les connaissaient pas encore. Un peu de jeunesse au milieu des têtes blanches, ça fait du bien…

Coup de coeur pour le court métrage mettant en scène Hank Patterson, notre guide pêche de choc, et April Vokey, la dame de coeur du fly fishing au Canada. Il était tout simplement somptueux : humour décalé, oeuvres d’art et steelheads, un cocktail rafraîchissant en cette soirée printan… Non, décidément l’hiver reprend le dessus…

Appel à tous : réédition du livre « Les Merveilleux Ephémères des rivières de France et d’ailleurs »

L’excellent livre de Jacques Le Doaré & Paul Troël intitulé « Les Merveilleux Ephémères des rivières de France et d’ailleurs », illustré de manière magistrale est une source précieuse d’information pour les pêcheurs à la mouche et les amoureux de la nature.

Mxfmr_cover7_J
Il y a eu une première édition de 500 exemplaires en 2012 et on peut déjà voir des exemplaires revendus d’occasion plus cher que leur prix initial d’achat !

Les auteurs sont prêts à faire une nouvelle édition, révisée et complétée.
Tous les détails sont sur : http://troel.free.fr/MxFmr1.htm

troelmxfmr3

Cependant, ils ne la feront que s’ils ont suffisamment de demandes (quelques centaines je pense). Plusieurs personnes ont déjà manifesté leur intérêt pour cette nouvelle édition et il serait dommage pour les passionnées d’entomologie et les pêcheurs à la mouche que nous sommes, que cet ouvrage soit limité à sa première édition de 500 copies.

Donc, si vous voulez avoir ce magnifique ouvrage (et rare par sa qualité), contactez les auteurs à paul.troel@wanadoo.fr en indiquant votre nom et le nombre d’exemplaires désirés !
Plus il y aura de demandes, plus vite la seconde édition sera lancée et peut-être meilleur sera le prix de production.

J’ai hâte de recevoir mon exemplaire !

Une soie naturelle, de l’eau fraîche et des plumes.

Je l’avais dit lors d’un précédent article : un jour je me laisserai tenter par une vraie soie naturelle. Quand je dis « vraie soie naturelle », j’entends par là une soie constituée d’une âme (la tresse au coeur de la soie) faite de vraie soie naturelle, vous savez le petit fil des cocons du bombyx du mûrier.
Vous avez suivi mes essais, plutôt fructueux à mon sens, d’imprégnation d’un fil en nylon tressé pour fabriquer une ligne « semi-artificielle », à base d’huile de lin et de vernis d’époque. Vous me connaissez, la curiosité étant un vilain défaut et étant moi-même affublé de celui-ci, j’ai voulu voir ce qui se faisait du côté des vraies soies, afin de vérifier si tout ce qui se dit à leur propos était vrai.

Je veux mettre les choses au point tout de suite : récemment sur divers forums auxquels je participe, j’ai pu lire bien des choses et surtout des polémiques concernant un fabricant en particulier. Ce fabricant, nommé « Soies Antonio Perez » a essuyé moultes critiques voire insultes et a été purement et simplement exclu de quelques discussions. Je ne jugerai pas ce qui s’est passé, je ne connais pas les tenants et les aboutissants et chacun a ses raisons propres pour agir de la sorte.
Certes, on peut blâmer la communication parfois « agressive » voire déplacée aux yeux de certains sur les réseaux sociaux, de la part de cette société mais je pense qu’il s’agit plus d’un choc des générations entre une jeune personne d’une vingtaine d’années qui est à la tête de cette entreprise et un « establishment » plutôt vieillissant qui ne se gêne pas pour critiquer et remettre en cause le travail voire l’honnêteté d’un nouvel arrivant dans le paysage PALMiste.
Certes, un jeune qui arrive « avec ses gros sabots » et bouscule l’ordre établi dans un monde ou les acteurs n’aiment pas changer leurs habitudes, ça dérange.
Certes, il y a eu quelques maladresses dans la communication et surtout des grincements de dents quant aux tarifs proposés, souvent deux fois moins chers que la concurrence établie… On comprend alors mieux la levée de bouclier même s’il est difficile de comprendre la violence de certains propos qui sont allés jusqu’à remettre en cause l’origine et l’authenticité même des produits proposés.
La question à savoir s’il s’agissait de vraie soie naturelle a longtemps été mise de l’avant, vous imaginez bien, « il est impossible de sortir une vraie naturelle à si bon prix » !!! Les détracteurs en ont eu pour leur argent lorsque un forumeur a fait analyser un morceau de sa soie en laboratoire et a prouvé qu’il s’agissait bien de soie naturelle. Je ne remets pas sa parole en doute, le côtoyant sur des forums privés. De mon côté, je peux confirmer qu’après avoir fait brûler un petit morceaux de ma soie, ça sentait le cochon et non le plastique et ça brûlait lentement (le synthétique a tendance à brûler rapidement et à faire des petites boules en dégageant une odeur très caractéristique), indices généralement révélateurs de la présence de soie naturelle.

Bref, assez pour moi, je n’aborderai plus ce sujet et ne rentrerai pas plus longuement dans ces polémiques ! Je n’ai aucun intérêt dans cette société et les seules relations, désormais cordiales que j’ai avec, se limitent à celles d’un client envers son vendeur.

Le fait est que cette petite entreprise propose des tarifs et un service intéressants à mes yeux. Après plusieurs échanges, au début un peu spéciaux je l’avoue, ( je sentais bien que la réaction de Jeremy pouvait se résumer à « chat échaudé craint l’eau froide », la frontière que crée l’écran d’un ordinateur appelle à la prudence), une discussion cordiale et passionnée s’est installée et j’ai pu commander la soie qui correspondait à mes attentes.

soie3perez

Ma soie de 3, couleur « camo » avec boucle finale.

camonew

Nouvelle couleur camo proposée en 2015. Superbe !

J’ai choisi une soie numéro 3 « SPORT *** » de 20m en couleur « camo ». La couleur est du plus bel effet et casse avec la monotonie des soies conventionnelles. Aussi, je ne sais pas si l’argument tient mais cela peut présenter quelque chose d’un peu plus naturel pour le poisson, bien que celui-ci ne voie de la soie qu’une longue ombre chinoise…

J’ai eu l’occasion de l’essayer au cours de plusieurs sorties de pêche. Les promesses du fabricant quant à l’entretien minimal et le graissage sont tenues. En effet je n’ai jamais regraissé ma soie qui a pourtant assuré un flottaison parfaite pendant plus de 5h de pêche. Aussi, je ne l’ai pas sortie du moulinet pour la faire sécher à la fin de la journée, je n’ai rien fait de plus que je ne fais avec mes soies synthétiques : simplement la nettoyer sommairement et la graisser le lendemain. Le rodage s’est fait principalement selon la méthode donnée par le fabricant, graisse, « tripotage » et graisse durant de longues minutes… Je sentais la soie s’assouplir un peu plus au fil des longues heures de pêche.

soieperez

Première sortie et première prise en sèche pour ma nouvelle soie, en ce milieu d’automne.

J’aime beaucoup le feeling qu’elle procure avec ma petite canne en fibre de verre #3 (blank Lamiglas). La soie glisse parfaitement dans les anneaux sans aucune résistance et en laissant entendre un doux son de frottement. La puissance de lancer est excellente pour une parallèle (d’après ma petite expérience de lanceur) et les posers sont beaucoup plus délicats que ceux que je faisais avec mes synthétiques. Son diamètre étant inférieur aux soies en plastique, elle travaille mieux lorsqu’il y a du vent. En somme, je suis conquis par cette soie naturelle !

Jeremy et son père proposent aussi d’autres produits (je vous laisse visiter son site www.antonioperez.fr)  : des cannes en bambou refendu, des moulinets, boîtes à mouches, etc. et surtout, ce qui a attiré mon attention, quelques belles plumes pour le montage. Il propose par exemple des superbes pelles de pardo de León d’origine contrôlée. Je lui ai demandé de me vendre une sélection de plumes et je ne fus pas déçu en ouvrant mon colis.

EscobaDelPozoCopy

Hommage à Rafaél Del Pozo et son livre « Mouches pour la pêche ».

pellescoba

De magnifique pelles de pardo « flor de Escoba »

dindecoloree

Plumes de dinde teintées.

biots

Une beau choix pour les corps des petites mouches. Plume de dinde « olive ».

tetedinde

Plumes de dinde aux mille reflets.

La société Antonio Perez propose des plumes de dinde provenant de son élevage personnel. Ces plumes sont utilisées entre autres pour le montage d’ailes de mouches, les biots et les fibres des rémiges qui peuvent être considérées comme des substituts de condor servent par exemple au montage des corps. Toutes les plumes reçues sont de très belle qualité. Ne me reste plus qu’à les utiliser pour monter quelques mouches que je pendrai sans scrupule au bout de ma soie naturelle à l’ouverture de la saison prochaine…

PS : Cet article n’est pas un « publi-reportage » et si je n’avais pas été (ou dans l’avenir ne serai pas) satisfait des produits et du service, je l’aurais dit (et le dirai)  sans ambages. Je l’ai déjà fait dans le passé pour d’autres produits… C’est quand même fou qu’il faille se justifier quand on écrit quelque chose de bien concernant un produit décrié…
Sinon, ceux qui veulent voir l’ensemble des produits Antonio Perez, c’est par là : www.antonioperez.fr