Glossaire utile des termes anglais-français.

Cela faisait longtemps que je pensais faire ce glossaire. Je lis beaucoup de sites concernant la pêche à la mouche, aussi bien en anglais qu’en français. Je me suis vite aperçu qu’il y avait parfois confusion sur les termes, que les traductions n’étaient pas toujours fidèles. Il faut dire que souvent, les usages linguistiques locaux n’aident pas la cause. Prenons un exemple que j’aime par dessus tout : ce que l’on appellera communément un faon en France devient un « veau » au Québec ! Il en est de même pour toute progéniture de cervidé ou de gros gibier… Les anglais ne sont pas en reste : par exemple, l’usage des mots elk/moose/deer est parfois très confus et très régional. En Angleterre « elk » désignera l’élan mais en Amérique, celui-ci deviendra « moose » ou « orignal » au Québec ! Aux USA/Canada « elk » désigne le wapiti… De quoi s’y perdre !
J’espère que ce glossaire vous aidera à démêler tout cela lors de vos lectures ou de vos achats.

glossaireexp2

Son fonctionnement est très simple : j’ai classé par ordre alphabétique des termes, français ou anglais que l’on rencontre souvent dans le monde de la pêche et du montage de mouche. Il suffit de cliquer sur une lettre de l’alphabet afin d’accéder aux termes correspondants.

Je vous invite à m’aider à faire évoluer celui-ci. Je suis ouvert à toute proposition. Pour ce faire, il suffit d’utiliser le petit onglet « contact » au dessus du bandeau image de ce blog. J’ai déjà quelques idées d’évolution. Par exemple j’aimerais y associer des liens illustratifs. Pourquoi aussi, lorsqu’il sera plus complet, ne pas en faire une version pdf afin de l’imprimer et de le placer dans un livre de montage de mouche et l’avoir sous la main en tout temps ?

En attendant, cliquez sur le lien situé en dessus du bandeau du blog, coincé entre « accueil » et « contact » pour accéder à celui-ci. (ou cliquez ICI ) 🙂

Les monteurs de l’île Saint-Jean

Voilà bien longtemps que je n’avais alimenté les colonnes de ce blog. Paradoxalement, les statistiques me montrent que vous êtes nombreux à visiter quotidiennement ces pages. J’en profite donc pour vous souhaiter une belle et heureuse année 2017.
Je n’ai pas délaissé la pêche à la mouche, mais ma saison 2016 s’est réduite à sa plus simple expression avec seulement quelques journées de pêche et vraiment peu de poissons.
La vie, quelques changements, la routine… On connait tous.
Un de ces beaux changements m’amène à fréquenter un peu plus souvent un endroit que j’apprécie particulièrement, la ville de Terrebonne et son « Vieux Terrebonne » pittoresque, prisé des touristes. En empruntant la passerelle du barrage des anciens moulins, à quelques pas du vieux quartier pittoresque, se trouve l’île Saint-Jean. Ce haut lieu halieutique urbain est le théâtre de belles scènes de pêche. On peut y prendre des achigans, des carpes, du barbu, des laquaiches après le 1er juillet, la rivière à cet endroit étant un sanctuaire halieutique fermé durant tout le printemps.

moulinsterrebonne.jpg

Les flots au pied du barrage des moulins.

Les monteurs de l’île Saint-Jean sont nés de la volonté bienveillante de quelques moucheurs et plus particulièrement celle d’André qui nous reçoit tous les quinze jours pour une matinée de montage dans son local à quelques pas des rapides de la rivière des Mille-Îles.

moulinsterrebonne2

Régulièrement, une douzaine voire une quinzaine de passionnés de tous niveaux échangent leurs connaissances, partagent leurs techniques et proposent des modèles de mouches pour tous les types de pêche.

monteursisj

J’aime beaucoup ces rassemblements où règne une atmosphère sans pression, amicale, où le partage se fait sans compter, sans arrière pensée. C’est comme cela que je conçois le bénévolat, l’amitié, le plaisir, l’altruisme. C’est sûrement aussi pour cela que j’ai délaissé les grosses structures associatives, trop centrées sur elles-mêmes, accaparées par un petit groupe fonctionnant en vase clos pour lequel l’intérêt collectif ne compte finalement guère.
Si vous voulez monter de belles mouches et rencontrer des passionnés dans cette belle région de Lanaudière, n’hésitez pas ! Contactez les monteurs de l’île St-Jean sur leur page Facebook ou en m’envoyant un message, je le ferai suivre avec grand plaisir !

Un livre à commander (vite)…

J’en avais parlé ici, il y a plus d’un an (oui je sais, ce blog est relativement calme pour na pas dire mort depuis des mois…), l’ouvrage magnifique de Paul Troël et Jacques Le Doaré devait  faire l’objet d’un nouveau tirage l’édition originale de 2012 ayant été limitée à 500 exemplaires.
Après plusieurs mois et quelques courriels échangés avec Mr Troël (qui connait bien le Québec), celui-ci m’a annoncé que la nouvelle édition, revue et complétée sortira des presses le 15 septembre 2016 ! Jour béni car le nouvel album de Marillion sort le même jour… 🙂 L’ouvrage comprendra 32 pages supplémentaires, de nombreuses illustrations et toujours le niveau de qualité incroyable des illustration et des textes qui les accompagnent.com_II_9pl
L’édition se fait à compte d’auteur et le tirage limité à 500 exemplaires me fait dire qu’il sera difficile, pour ceux n’ayant pas encore commandé celui-ci, d’en acquérir un sans l’avoir réservé. Un « must » pour tout pêcheur à la mouche de France, Navarre et… du Québec !
Le bon de commande se trouve sur http://troel.free.fr/ . Faites vite !

L_FMR_II_cov2016cr

La couverture de la 2ème Édition.

Repose en paix René

Je viens de recevoir un courriel qui m’attriste, qui me touche profondément.
Mon ami René Houde vient de nous quitter après des mois de combat contre la maladie.
Nous avions travaillé ensemble pour dynamiser le chapitre Chateauguay de TUC et pour franciser celui-ci. Tu étais le mentor de ce chapitre et tes absences plus fréquentes ces derniers temps m’avaient même incité à délaisser celui-ci.
Je t’ai rencontré aux MMM, tu faisais partie de ceux qui donnaient leur temps pour apprendre à lancer aux néophytes, j’en étais. Je mesure aujourd’hui les efforts que tu as du  déployer pour être présent malgré la maladie.
Tu n’oubliais pas, à chacune de nos rencontres, de demander des nouvelles de « junior », il est triste lui aussi ce soir.

Ton souvenir restera gravé dans mon coeur et dans ceux de nombreux pêcheurs qui t’ont un jour croisé. Je ne pourrai m’empêcher d’avoir une pensée pour toi chaque fois que j’irai pêcher la Châteauguay cette belle rivière que tu as protégé de ton mieux depuis des années et que nous devions pêcher un jour ensemble, nous amuser avec nos « Tenkaras ».
Je t’envoie un dernier « salut » halieutique et amical et j’envoie toutes mes condoléances à ta famille et tes proches.
Repose en paix René.

Bonne ouverture !

Je sais, j’ai délaissé trop longtemps ce blog et à ma plus grande surprise l’auditoire ne cesse d’augmenter. Peut-être que le travail des moteurs de recherche ramène chaque jour quelques brebis égarées.
J’avoue que depuis l’automne et même après une des saisons les plus pourries que j’aie jamais vécue, j’ai délaissé un peu mes mouches. Non pas que je leur tourne le dos, non, plutôt que de temps en temps il est bon de regarder autour de soi, de changer d’air, surtout quand celui que vous venez de respirer ne fut pas des meilleurs.

Ne vous inquiétez pas, je regarde tous les jours mon gilet pendu, ses poches pleines de boites à mouches, mes cannes, à portée de regard et mon étau, parce que la promiscuité m’oblige à le voir pendant que j’écris cet article. Finalement, je vous envie, vous qui me lisez et qui aurez la chance d’avoir les pieds dans l’eau samedi matin. Certes l’eau sera fraîche et abondante à ce qu’il parait mais vous aurez les pieds dedans ! Amusez-vous, respectez ces rivières qui nous donnent tant de plaisir et surtout buvez un coup à ma santé, quand viendra mon tour d’ici le mois de Mai, promis je lèverai le coude à la votre et à la santé de nos chères truites !
Bonne ouverture !

Goumois, Plain, Bresson, Vesoul… Mon Ardèche.

Mon Ardèche est loin. J’ai le souvenir de cette petite pension familiale à Sainte-Eulalie où Paulette et Raymond venaient chaque été jusqu’à ce qu’ils furent trop vieux pour s’y rendre. Il faut dire que Sainte-Eulalie n’est pas le coin du plateau ardéchois le plus accueillant, même en été. Pourtant, certains disent que la dureté du climat a ses charmes aussi.
Raymond était un fin pêcheur. Il aimait taquiner la truite et l’omble de la Loire qui passait à quelques pas de la petite maison qu’ils partageaient avec les propriétaires le temps d’un été. Il n’était pas rare à l’époque de revenir chaque année dans la même famille, un genre de pension mutuellement consentie, période durant laquelle les enfants retrouvaient leurs camarades de jeu de l’été précédent. Le fait que les pensionnaires ramènent quelques truites après leur matinée de pêche devait aider à la cause.
Paulette arborait un sourire perpétuel, elle savait toutefois hausser le ton quand il le fallait mais toujours avec une sorte de bonhomie qui rendait cela amusant.

moulinplain sorciervesoul

Je viens de recevoir une commande de la France : Lire la suite

Et au milieu… Non je déconne.

J’avais envie de vous faire profiter de ce texte, publié il y a 3 ans maintenant, quasiment jour pour jour et que beaucoup de visiteurs n’ont jamais lu, n’ayant pas la patience de remonter si loin dans les articles. Bonne lecture.

salmotruttafario

Et au milieu coule une rivière. Quiconque a un jour eu un intérêt pour la pêche à la mouche connait ce film de Robert Redford. Ici au Québec la traduction a pondu un mystérieux « la rivière du sixième jour ». Pour rappel, l’oeuvre originale de Norman Mclean a pour titre « A River Runs Through It« . Weird !
J’ai simplement de plus en plus de mal à me faire demander, dès que je fais mention de la pêche à la mouche, si j’ai vu ce film ! Criss bien sûr que je l’ai vu, je l’ai même en DVD, pitié, ça fait juste vingt ans qu’il est sorti, lâchez-moi avec ça, de grâce trouvez d’autres références (c’est valable pour tout le monde d’ailleurs) ! 🙂

Mais ce n’était pas de ce film dont je voulais parler.
Mon père n’était pas pasteur, et je ne vivais pas dans le Montana. Mieux que…

View original post 389 mots de plus