Un livre à commander (vite)…

J’en avais parlé ici, il y a plus d’un an (oui je sais, ce blog est relativement calme pour na pas dire mort depuis des mois…), l’ouvrage magnifique de Paul Troël et Jacques Le Doaré devait  faire l’objet d’un nouveau tirage l’édition originale de 2012 ayant été limitée à 500 exemplaires.
Après plusieurs mois et quelques courriels échangés avec Mr Troël (qui connait bien le Québec), celui-ci m’a annoncé que la nouvelle édition, revue et complétée sortira des presses le 15 septembre 2016 ! Jour béni car le nouvel album de Marillion sort le même jour…🙂 L’ouvrage comprendra 32 pages supplémentaires, de nombreuses illustrations et toujours le niveau de qualité incroyable des illustration et des textes qui les accompagnent.com_II_9pl
L’édition se fait à compte d’auteur et le tirage limité à 500 exemplaires me fait dire qu’il sera difficile, pour ceux n’ayant pas encore commandé celui-ci, d’en acquérir un sans l’avoir réservé. Un « must » pour tout pêcheur à la mouche de France, Navarre et… du Québec !
Le bon de commande se trouve sur http://troel.free.fr/ . Faites vite !

L_FMR_II_cov2016cr

La couverture de la 2ème Édition.

Repose en paix René

Je viens de recevoir un courriel qui m’attriste, qui me touche profondément.
Mon ami René Houde vient de nous quitter après des mois de combat contre la maladie.
Nous avions travaillé ensemble pour dynamiser le chapitre Chateauguay de TUC et pour franciser celui-ci. Tu étais le mentor de ce chapitre et tes absences plus fréquentes ces derniers temps m’avaient même incité à délaisser celui-ci.
Je t’ai rencontré aux MMM, tu faisais partie de ceux qui donnaient leur temps pour apprendre à lancer aux néophytes, j’en étais. Je mesure aujourd’hui les efforts que tu as du  déployer pour être présent malgré la maladie.
Tu n’oubliais pas, à chacune de nos rencontres, de demander des nouvelles de « junior », il est triste lui aussi ce soir.

Ton souvenir restera gravé dans mon coeur et dans ceux de nombreux pêcheurs qui t’ont un jour croisé. Je ne pourrai m’empêcher d’avoir une pensée pour toi chaque fois que j’irai pêcher la Châteauguay cette belle rivière que tu as protégé de ton mieux depuis des années et que nous devions pêcher un jour ensemble, nous amuser avec nos « Tenkaras ».
Je t’envoie un dernier « salut » halieutique et amical et j’envoie toutes mes condoléances à ta famille et tes proches.
Repose en paix René.

Bonne ouverture !

Je sais, j’ai délaissé trop longtemps ce blog et à ma plus grande surprise l’auditoire ne cesse d’augmenter. Peut-être que le travail des moteurs de recherche ramène chaque jour quelques brebis égarées.
J’avoue que depuis l’automne et même après une des saisons les plus pourries que j’aie jamais vécue, j’ai délaissé un peu mes mouches. Non pas que je leur tourne le dos, non, plutôt que de temps en temps il est bon de regarder autour de soi, de changer d’air, surtout quand celui que vous venez de respirer ne fut pas des meilleurs.

Ne vous inquiétez pas, je regarde tous les jours mon gilet pendu, ses poches pleines de boites à mouches, mes cannes, à portée de regard et mon étau, parce que la promiscuité m’oblige à le voir pendant que j’écris cet article. Finalement, je vous envie, vous qui me lisez et qui aurez la chance d’avoir les pieds dans l’eau samedi matin. Certes l’eau sera fraîche et abondante à ce qu’il parait mais vous aurez les pieds dedans ! Amusez-vous, respectez ces rivières qui nous donnent tant de plaisir et surtout buvez un coup à ma santé, quand viendra mon tour d’ici le mois de Mai, promis je lèverai le coude à la votre et à la santé de nos chères truites !
Bonne ouverture !

Goumois, Plain, Bresson, Vesoul… Mon Ardèche.

Mon Ardèche est loin. J’ai le souvenir de cette petite pension familiale à Sainte-Eulalie où Paulette et Raymond venaient chaque été jusqu’à ce qu’ils furent trop vieux pour s’y rendre. Il faut dire que Sainte-Eulalie n’est pas le coin du plateau ardéchois le plus accueillant, même en été. Pourtant, certains disent que la dureté du climat a ses charmes aussi.
Raymond était un fin pêcheur. Il aimait taquiner la truite et l’omble de la Loire qui passait à quelques pas de la petite maison qu’ils partageaient avec les propriétaires le temps d’un été. Il n’était pas rare à l’époque de revenir chaque année dans la même famille, un genre de pension mutuellement consentie, période durant laquelle les enfants retrouvaient leurs camarades de jeu de l’été précédent. Le fait que les pensionnaires ramènent quelques truites après leur matinée de pêche devait aider à la cause.
Paulette arborait un sourire perpétuel, elle savait toutefois hausser le ton quand il le fallait mais toujours avec une sorte de bonhomie qui rendait cela amusant.

moulinplain sorciervesoul

Je viens de recevoir une commande de la France : Lire la suite

Et au milieu… Non je déconne.

J’avais envie de vous faire profiter de ce texte, publié il y a 3 ans maintenant, quasiment jour pour jour et que beaucoup de visiteurs n’ont jamais lu, n’ayant pas la patience de remonter si loin dans les articles. Bonne lecture.

salmotruttafario

Et au milieu coule une rivière. Quiconque a un jour eu un intérêt pour la pêche à la mouche connait ce film de Robert Redford. Ici au Québec la traduction a pondu un mystérieux « la rivière du sixième jour ». Pour rappel, l’oeuvre originale de Norman Mclean a pour titre « A River Runs Through It« . Weird !
J’ai simplement de plus en plus de mal à me faire demander, dès que je fais mention de la pêche à la mouche, si j’ai vu ce film ! Criss bien sûr que je l’ai vu, je l’ai même en DVD, pitié, ça fait juste vingt ans qu’il est sorti, lâchez-moi avec ça, de grâce trouvez d’autres références (c’est valable pour tout le monde d’ailleurs) !🙂

Mais ce n’était pas de ce film dont je voulais parler.
Mon père n’était pas pasteur, et je ne vivais pas dans le Montana. Mieux que…

View original post 389 mots de plus

Boites à mouches sèches.

Je cherche des boîtes à mouches. J’en ai bien quelques-unes, à la mode actuelle avec la petite mousse grise fendue de dizaines d’entailles pour y insérer les mouches, mais je ne les aime pas. En fait, ce n’est pas tant la boîte en pastique que je n’aime pas que le système de maintien de la mouche.
Je ne pêche quasiment qu’en sèche. Non pas par snobisme mais plus par ignorance. Je n’ai jamais vraiment appris à pêcher à la nymphe même si ça me rappelle quelque peu la pêche au toc. Si vous pêchez en sèche, vous avez sûrement un jour ou l’autre pesté contre la boîte qui a lamentablement déformé votre collerette montée avec tant d’amour. Les fibres pliées, les poils écrasés, les cerques tordus, la mouche ne ressemble plus vraiment à celle que vous avez sortie de l’étau. Las ! Exit donc les boîtes avec la mousse, je me lançais donc à la recherche du Graal : des boîtes à compartiments individuellement fermés, permettant Lire la suite

C’est la fête de la pêche ! Rencontre Truite illimitée Canada (TUC) et Moucheurs de Montréal Métropolitain.

Soleil, 22°C prévus dans l’après-midi, léger vend d’ouest. La veille, il a plu, fort parfois. Certainement, le niveau de la rivière aura monté en conséquence.
8h du matin : déjà le parking du pont Percy est plein. Des cannes s’agitent et à leurs bouts des membres des MMM guillerets, prêts à en découdre avec les truites de la Châteauguay.

groupeTUCMMMblog
Comme chaque année désormais, le chapitre Châteauguay de Truite Illimitée Canada invite les MMM à découvrir la rivière.
Des petits groupes se forment et se partagent le parcours de quelques Kilomètres où se cachent truites brunes et mouchetées, parfois arcs-en-ciel aussi, tout dépend des ensemencements qui sont fait en amont, dans l’état de New York. Les américains ne sont pas avares, pas moins de 5870 truites mouchetées, 1680 truites brunes (farios) et 2200 arcs-en-ciel ont déjà été lâchées en 2015 sur un parcours de quelques kilomètres tout juste en amont de la frontière voisine ( http://www.dec.ny.gov/outdoor/23323.html ). Cela fait un contraste coupable avec le côté Québécois qui n’a plus été ensemencé depuis des années.
Peu importe, paraît-il au Québec, ce sont principalement des truites sauvages qui peuplent la Châteauguay.

pontpercybl

Le pont Percy, lieu de rendez-vous pour les pêcheurs.

Le débit de la rivière a bel et bien augmenté avec les pluies de la veille, l’eau est froide. Les truites seront difficiles ce matin.

riviereLPbl

La rivière Châteauguay

D’ailleurs, à quelques exceptions près, ce sont des bredouilles qui se retrouveront à midi pour le lunch. Il me semble qu’un seul pêcheur a piqué une petite Lire la suite